Accueil > Territoire > Histoire et patrimoine > Patrimoine

Patrimoine

Kerhervy – cimetière de bateaux

Le site de Kerhervy abrite un cimetière de bateaux où reposent notamment des thoniers de l’ile de Groix. Un théâtre de Plein Air, lieu d’animation culturelle, y a été aménagé.

Entre 1870 et 1940, l’île de Groix est le 1er port thonier français. A partir de 1920, les patrons pêcheurs groisillons mettent leur bateau en hivernage dans les anses de rivières. Abrités dans les vasières, les thoniers repartent à la pêche au printemps.

Lors de la 2e guerre mondiale, l’armée allemande interdit les campagnes de pêche et impose des restrictions aux armateurs. Les pêcheurs mobilisés pour rejoindre les fronts cachent leurs bateaux dans les zones d’hivernage pour éviter leur réquisition par les Allemands. La guerre finie, certains thoniers restent sur place, abîmés par les bombardements ou laissés par les marins morts au front.

Après 1945, les thoniers à voile deviennent vite obsolètes, dépassés par les nouvelles techniques de pêche. La zone d’hivernage devient alors un cimetière de bateaux. Après les vieux gréements, les vieux chalutiers en bois font leur entrée. Entièrement désarmés, ils font l’objet de contrôles stricts avant d’être remorqués et échoués.

 

S'y promener

Apprécié pour son ambiance et son originalité, le site est souvent considéré comme représentatif ou symbolique de Lanester. Au départ de Kerhervy, deux itinéraires de randonnées sont possibles:

la boucle du Moulin du Plessis, qui longe le Blavet et passe par St Guénaël (environ 2h15 pour 7,7 km).
longer le blavet direction Toul Douar vers Hennebont en passant par l’anse du rocher du Diable (l’aller fait environ 3,9km, soit environ 1h15 de marche).

 

Lieu de culture

Aux mois de juin et de juillet, l’anse devient un décor de théâtre et de danse lors des festivals estivaux. Installés dans un amphithéâtre en plein air, face au cimetière de bateaux, les acteurs se donnent la réplique et les spectateurs s’envolent dans les contrées imaginaires de ces spectacles grandeur nature.

 

Sites historiques

Parc à bois Saint Isidore

(1847-1852) construit par la marine pour conserver les bois et les rendre imputrescibles, ses vestiges sont toujours visibles à marée basse sur le Scorff.

 

Batterie de Kerhono

Les vestiges des remparts de Kerhono sont une construction de 1746 destinée à assurer la défense militaire de la rive gauche du Scorff.

 

Viaduc Ferroviaire

Franchissant le Scorff, il s’agit d’un ouvrage conçu par Gustave Eiffel, inauguré par Napoléon III en 1862. Sa reconstruction en 2002 a entraîné la disparition de sa passerelle piétonne (1911) devenue libre de péages depuis le 1er mai 1918 par décision du Conseil Municipal. C’était un lieu emblématique, souvent choisi par les Lanestériens pour leurs photos de famille.

 

Chapelles

Locunel

La chapelle, reconstruite au XVIIIème et restaurée en 1960, conserve une statue de Sainte Anne en bois polychrome et un monolithe blanchi à la chaux utilisé comme bénitier.

 

Le Resto

La Chapelle St Yves du Resto, reconstruite après la guerre de 1939-45, présente quelques statues polychromes remarquables.

 

St Guénhaël, vénéré des gens de mer

La Chapelle romane du XIème, restaurée au XVème et au XXème siècle, témoin de ce domaine prieural, abrite deux statues du Saint et deux ex-votos.

 

Demeures seigneuriales

Lanester compte quelques Manoirs, sous l’appellation locale de châteaux.

  • Kervelean (XVIIIème) :  Maison bourgeoise et fontaine surmontée d’un édicule.
  • Château du Plessis (XVème) dont il reste les vestiges du pigeonnier du château, visible dans le parc arboré du Plessis.
  • Le Mané (attesté au XVIIème siècle).
  • Pendreff en Caudan (XVème – XVIIIème ), connu sous le nom de Château du Diable (site enclavé dans l’agglomération lanestérienne).

Quelques sites témoins des activités passées de la commune

Keraliguen (1857)

ancienne métairie transformée en 1917 en laiterie et fromagerie, est devenue aujourd’hui une Maison de convalescence.

 

Les Poteries de la Manufacture du Rohu (1879-1919),

Créées par Ladislas Graindorge qui travaillait avec le sculpteur Auguste Nayel. Quelques bas-reliefs et statuettes sont visibles au Musée de Bretagne à Rennes.

Partagez sur les réseaux sociaux :

    

VOS SERVICES